Rallye d’Espagne : « Je rêvais de gagner ! »

 

« Salut à tous,

 

me voilà enfin rentré après une semaine intense en Espagne avec un résultat final qui fait un bien fou ! Je ne vous cache pas que le goût de la victoire commençait à me manquer mais ce n’est pas forcément ce week-end où je m’attendais à sabrer le champagne !

 

Avant la course, j’espérais être dans le coup tout en étant conscient que ce ne serait pas simple. Au Mexique, nous jouions devant, en Corse aussi. En Espagne, avec la mixité des deux surfaces et la météo qui s’annonçait capricieuse, j’avais pour premier objectif de faire un rallye sans erreur. Bien sûr qu’au plus profond de moi, je rêvais de gagner. Mais de là à le concrétiser …

 

En perdant plus de dix secondes dès la première super spéciale, et quand on sait que le niveau est tel que ça se joue souvent à la seconde, nous étions plutôt mal partis. Le lendemain matin, sur la terre, je n’ai jamais réussi à trouver la confiance et à faire ce que je voulais de la voiture. Quelque chose ‘clochait’. Soit sur la voiture, soit sur moi. Nous ne savons toujours pas d’ailleurs ! Il y a certainement un peu des deux liés au manque de roulage. Une chose est sûre, je n’ai pas réussi à réellement tirer un avantage de ma position sur la route. Quand ça commençait à être mieux, la journée était terminée !

 

Bis repetita le lendemain matin ! Je n’ai pas réussi à me lâcher dans ces conditions. Je n’avais pas roulé sur l’asphalte mouillé avec une WRC depuis 6 ans. De plus, nous n’avons pas mis les pneus ‘pluie’. C’était chaud de trouver ses marques de freinage, quand on arrive à fond de 6, avec ces monstres que sont les WRC d’aujourd’hui, avec des pneus qui n’évacuent pas l’eau … Je ne voulais absolument pas faire d’erreur et pour faire des temps dès le matin, il fallait prendre des risques. Comme la veille, l’après-midi était mieux, on signe un scratch. Malgré tout cela, nous sommes encore dans le coup en étant à 8 secondes de la tête à quatre spéciales de la fin. J’étais plutôt satisfait de notre job avec Danos et avec l’équipe. En me couchant, je me suis dit : « Ca serait quand même pas mal d’aller la chercher celle là ! ».

 

 

 

 

Le lendemain matin, la météo faisait encore des siennes. Au début, nous décidons de partir en ‘soft’, pour jouer la sécurité. Et puis avec Cédric, mon ingénieur, nous nous sommes rappelés de mes retours que j’avais eu en tests dans ces conditions et du comparatif entre les ‘hard’ et les ‘soft’. C’était clair, c’était écrit noir sur blanc : ‘Je préfère un ‘hard’ bien chaud sur de l’humide qu’un ‘soft’ trop chaud sur de l’humide’. Nous décidons donc de tenter un pari en mettant les ‘hard’, à l’inverse de tout le monde… Ca, c’était avant l’assistance, au petit déjeuner, à 6h30 du mat’ . Et puis, le temps de l’assistance arrive et les questions commencent à se poser, on en parle tous ensemble, et le doute s’installe. L’ingénieur météo nous dit qu’il ne pleuvra pas mais la veille, on nous avait dit la même chose et on avait pris une grosse averse en spéciale. A ce moment là, je ne sais plus qui croire. De l’autre côté, les ouvreurs puis ‘l’homme météo’ à l’arrivée de la spéciale me disent que c’est sec et que ça va le rester. Alors que les ‘soft’ sont montés sur la voiture et qu’il reste 1 minute trente secondes avant de pointer, je décide de revenir sur ma première décision et de remettre les ‘hard’. J’en étais au fond de moi assez convaincu mais on doute toujours dans ces moments. Une fois assis dans la voiture, on n’avait plus le choix ! Il fallait partir au combat ! Et la suite vous la connaissez …

 

 

 

 

Beaucoup de gens me demandent si c’est ma plus belle victoire. Je ne sais pas. Une chose est sûre, si l’on intègre tous les paramètres, notre absence depuis tout ce temps, les nouvelles voitures, le niveau du WRC actuel, la difficulté de ce rallye avec les conditions, et si on ajoute que cela se joue dans la dernière spéciale face au mec qui est le quintuple champion du monde en titre, en effet, c’est, je pense, une des plus belles ! Forcément plus belle que les saisons où on en gagnait dix dans l’année avec plus d’une minute d’avance. Là, une fois passés la ligne, on ne savait pas ! Pour tout vous dire, nous sommes montés sur le toit de la C3 WRC sans en avoir la certitude ! Ce n’est qu’une fois ‘là haut’ que j’ai vu le panneau de mes propres yeux et que je me suis rendu compte que c’était bien vrai. L’émotion était forte de partager ça avec Daniel et d’offrir ce succès à Citroën Racing.

 

Nous avons bien savouré cela tous ensemble ensuite ! Désormais, comme tout le monde s’en doute, je vais prendre du temps pour me poser et réfléchir à 2019. Une chose est certaine, je vous tiendrai au courant dès que cela sera un peu plus clair. Pour l’instant, nous n’en sommes qu’au stade des discussions, j’ai plusieurs pistes que je vais étudier. Ce que je peux vous assurer est que je n’ai pas l’intention de prendre ma retraite maintenant, vous me verrez donc derrière un volant en 2019. Mais lequel ?! Restez connectés !

 

A très vite.

 

Seb. »

 

Auteur Cedric Fray

Sur le même sujet

  • DU WRC au WRX : « Cap sur l’Espagne ! »

    DU WRC au WRX : « Cap sur l’Espagne ! »

      « Bonjour à tous,   j’en profite d’être sur le voyage pour Barcelone et le lancement de ma saison en Championnat du Monde de Rallycross pour revenir rapidement avec vous sur le Tour de Corse et vous donner mes impressions avant d’attaquer mon programme principal avec Peugeot Sport.   En Corse, je pense que vous...

    En savoir +
  • Remise des prix FIA au Palais Ciragan à Istanbul

    Remise des prix FIA au Palais Ciragan à Istanbul

    « Je suis très ému, c’est la fin d’une belle histoire… » Sébastien Loeb et Daniel Elena ont confirmé à nouveau leur statut de meilleurs pilote et copilote de l’histoire du sport automobile en remportant pour la neuvième fois consécutive le Championnat du Monde des Rallyes de la FIA cette saison. Le duo était réuni ce soir...

    En savoir +

3 commentaires

  • Bravo Seb bravo Daniel ! Quelle belle victoire ! J’étais scotché derrière mon écran dimanche. Quel pied. Je regarde le rallye cross mais je dois l’avouer le coeur n’y est pas trop. Epreuves courtes, gagnées d’avance, je baille et je pense à Danos qui doit s’ennuyer ferme…
    Pour le Rallye ‘Espagne j’ai de nouveau consulté compulsivement les temps des ES, les temps intermédiaires, j’ai ressenti à nouveau l’adrénaline de la course, la vraie, j’ai vibré comme à l’époque. A voir tous les pilotes sur la ligne d’arrivée scrutant votre temps j’ai pensé que vous aviez encore quelque chose à faire en WRC avant de prendre votre retraite. . Votre victoire l’a confirmé vous avez votre place dans un championnat avec de supers pilotes, des écuries affutées. Le témoignage d’un fan alsacien, rdv en 2019.

  • Quel exploit ! J’en rêvais, vous l’avez fait et avec la manière en plus.quel pied pour nous les fans de la première heure de vous revoir au plus haut niveau mondia face a des adversaires affûté comme jamais.Comme quoi si vous en doutiez encore vous êtes tous les deux plus que dans le coup! A l’heure où je vous écris vous devez réfléchir à votre avenir pour la saison 2019,franchement aucune hésitation a avoir votre duo est magique,alors ne privé pas vos fans et le sports automobile mondial de votre présence pour l’année prochaine en wrc .
    #lepatronestderetour!
    Bizz à vous deux
    Sergio le Tourangeaux un de vos plus grand supporter.

  • Quel exploit ! J’en rêvais, vous l’avez fait et avec la manière en plus.quel pied pour nous les fans de la première heure de vous revoir au plus haut niveau mondial face a des adversaires affûté comme jamais.Comme quoi si vous en doutiez encore vous êtes tous les deux plus que dans le coup! A l’heure où je vous écris vous devez réfléchir à votre avenir pour la saison 2019,franchement aucune hésitation a avoir votre duo est magique,alors ne privé pas vos fans et le sports automobile mondial de votre présence pour l’année prochaine en wrc .
    #lepatronestderetour!
    Bizz à vous deux
    Sergio le Tourangeaux un de vos plus grand supporter.

Laisser un commentaire