De la Chine au Maroc, de la C-Elysée à la 2008 DKR !

2015_10_Maroc_ChroniqueSL« Bonjour à tous. C’est depuis le Maroc que je vous écris cette chronique et si j’ai un peu de retard, j’ai une bonne excuse ! Vous avez certainement vu l’annonce du début de semaine concernant ma future participation au Rallye du Maroc dans quelques jours et au Dakar dans quelques mois. Depuis la Chine où Citroën Racing a été sacré Champion du Monde des Voitures de Tourisme, je me suis donc envolé directement pour l’Afrique, et ainsi débuter un nouveau défi…

« Avant de vous parler de cette aventure, je reviens en quelques mots sur la manche de Shanghai. Motegi m’avait laissé sur ma faim avec des résultats qui ne reflétaient pas mon niveau de performance. Le bilan peut paraitre similaire après la Chine, mais il diffère tout de même un peu. Déjà, le classement est meilleur avec les 3e et 4e places même si vous savez que cela ne me suffit pas ! Le premier test du vendredi a finalement été symbolique de mes essais : un chrono pas forcément très révélateur (10e), des sensations qui auraient pu être meilleures mais pas vraiment d’inquiétude. On a continué à se chercher un peu, notamment au niveau de la répartition de freins, lors des essais libres, mais j’étais plutôt confiant avant les qualifs. Je savais que nous serions dans le coup car les sensations étaient plutôt satisfaisantes et les chronos n’avaient pas été signés lors des moments les plus intéressants. Dimanche, après le report des séances qualificatives suite à un rail abîmé lors d’une course support, j’ai passé la Q1 (2e) et Q2 (3e) sans problème et je pense que cela confirme le palier franchi depuis quelques meetings à ce niveau. En revanche, la Q3 n’a pas été parfaite : 4e temps à quelques dixièmes avec une ou deux petites fautes.

2015_10_Shanghai_ChroniqueSL« En partant de la deuxième ligne, le départ prenait une importance encore plus grande. Dans la première course, je patine légèrement, Yvan Muller arrive à me passer et forcément ça complique la suite. En performance pure, j’étais plutôt bien dans les premiers tours, mais je n’ai pas trouvé d’ouverture rapidement et on sait qu’après quelques boucles en étant proche d’un concurrent, le comportement de l’auto se dégrade. Au bout du compte, il y avait tout de même un nouveau podium. Je prends un meilleur départ dans la deuxième course. J’arrive à bien remonter, je passe Yvan, qui retente sa chance ; je me retrouve à l’extérieur et je me fais pousser par une autre voiture qui me met plus qu’à l’équerre ! Je n’ai pas pu revenir plus haut dans le classement qu’au quatrième rang, d’autant que l’un de mes pneus souffrait dans les derniers tours, j’ai donc dû ralentir. C’est dommage et frustrant car le rythme était là mais ça ne sourit pas. J’ai l’impression que le travail et les performances réalisés ne sont pas récompensés à leur juste valeur. Il y a surement une question de réussite et je sais qu’il faut la provoquer. Yvan m’a repris des points à Shanghai mais je reste très motivé pour les deux derniers meetings, où clairement je veux montrer ce dont je suis capable.

« L’une des satisfactions du week-end est le titre mondial pour Citroën. C’était l’un des principaux objectifs de la saison, je suis heureux pour l’équipe, qui m’a toujours donné une super auto pour me battre devant, et pour la marque en général qui confirme le titre de l’an dernier. Je suis content d’avoir apporté ma pierre à l’édifice avec la C-Elysée. Bravo également au Sébastien Loeb Racing avec les deux victoires dans le Trophée des Indépendants pour Mehdi Bennani.

2015_10_ShanghaiMaroc_ChroniqueSL« Après la Chine, place au Maroc ! Une nouvelle aventure débute puisque je rejoins la « D-ream TEAM Peugeot Total ». Cela faisait quelques temps qu’on en parlait, le Dakar m’a toujours attiré et l’opportunité s’est présentée. Vous savez que je ne suis pas du style à refuser ce type de défi. C’est un peu comme Pikes Peak en 2013 : l’épreuve est intéressante, elle me séduit, et on est arrivé à tout faire rentrer dans le calendrier. Tout sera nouveau pour moi : la voiture, la motorisation diesel en compétition, le terrain, la façon d’aborder les spéciales. La 2008 DKR16 m’a bien plus lorsque j’ai fait les premiers tests et je continue de la découvrir en essais. C’est top de retrouver Danos pour entamer ce nouveau challenge. On a pas mal de travail mais c’est intéressant. J’apprécie le fait d’apprendre de nouvelles choses… et je sais que ce ne sera pas facile, car différent et exigeant ! Le Maroc est vraiment un rallye pour apprendre et le Dakar 2016 le sera tout autant. On verra ce que ça donne avant de parler d’objectif. J’y vais pour découvrir et, dans un premier temps, me faire plaisir. Voir si cela me plaît autant que je le pense. J’ai la chance pour cela d’être épaulé par des spécialistes, des gars supers expérimentés comme Carlos Sainz, Stéphane Peterhansel et Cyril Depres. Je les connais aussi, donc se retrouver entre potes pour un tel programme, c’est simplement génial.

« Voilà, vous en savez un peu plus et j’aurais certainement encore bien des choses à vous dire dans les jours et semaines qui viennent. Je rejoins mon nouveau bolide. Comme le dit Danos, on va voir combien de temps on mettra pour la sortir du sable. Car forcément, ça va nous arriver !
« A bientôt 🙂 »

Seb.

Auteur

1 commentaire

  • Super on retrouve l’équipe dans un nouveau défi.extraordinaire.

Laisser un commentaire