« Bonjour à tous,

 

me voilà de retour d’un long périple espagnol, entre Grenade et Salou, et je suis certain que vous êtes impatients d’avoir mon avis sur ce rallye ! Je ne manquerai pas d’y revenir dans cette chronique.

 

Cela faisait un moment que je n’avais pas pris le temps d’écrire. J’ai enchainé les rallyes pour préparer cette fin de saison, avec le Vosges Grand Est, le Rally di Alba en Italie, le Rallye Ciudad de Granada mais aussi les opérations « plaisir » comme le Haut-Var, le Vesoul Mecanic Show ou encore notre participation au GT4 avec le Sébastien Loeb Racing au Castellet. Pas le temps de s’ennuyer !

 

Revenons sur ce qui vous intéresse : le Catalogne ! Après une bonne mise en jambes sur la terre à Grenade la semaine précédente, nous arrivions en plein forme à Salou avec Daniel. La météo, ou plutôt l’apocalypse, nous a un peu calmé durant les reconnaissances. La bonne nouvelle fut que la course se passerait sous le soleil, la moins bonne était que l’avantage de partir dixième sur la route le premier jour serait en partie anéanti par ces fortes pluies …

 

Cependant, au prix d’une grosse attaque lors de la deuxième boucle notamment, nous rentrons en tête le premier soir ! Une grande surprise pour Daniel et moi qui nous mettait dans les meilleures conditions avant d’attaquer l’asphalte. Une surprise car, avant le rallye, je ne pensais pas pouvoir avoir ce rythme sur la terre face à nos rivaux. Mais très rapidement, je me suis senti super à l’aise avec la voiture et j’ai pu me lâcher comme à la grande époque en faisant notamment une spéciale d’anthologie le vendredi soir. J’ai tout donné du premier au dernier mètre ! Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas tenu un tel rythme sur 38 kilomètres !

 

 

 

Sans forcément penser à la victoire, sur le routier nous amenant à Salou le soir, nous nous sommes dit qu’il y avait quelque chose à faire ce week-end. L’an dernier, nous étions sortis de la journée « terre » en moins bonne posture et nous l’avions emporté. Nous étions optimistes et sur-motivés pour signer au moins un podium. Au moins …

 

La suite a été bien plus compliquée que prévu… Nous n’avons jamais réussi à signer le moindre bon temps sur l’asphalte. Autant au premier tour le samedi, je savais où je pouvais en gagner, je n’étais pas plus affolé que ça. Même si nous en avions pris un peu trop à mon goût. Mais nous étions toujours deuxièmes à la mi-journée. Nous partons donc sur le deuxième tour en sortant la grosse attaque. Je me sentais bien dans la voiture et vraiment, j’ai roulé très fort. Au moins aussi fort que l’an dernier. Non… Plus fort que l’an dernier ! Et à chaque point stop, le verdict est brutal ! Un point stop qui allait vite devenir mon pire ennemi du week-end … En spéciale, je prenais beaucoup de plaisir, attaquant à la limite et en étant satisfait de mon pilotage. Mais plus le rallye avançait, plus j’appréhendais de voir notre temps sur le tableau. Et tout cela sans avoir la moindre explication …

 

Suis-je devenu un pilote terre ? Peut-être ! Mais je ne pense pas non plus avoir perdu toutes mes capacités sur le tarmac. Et le manque de performance pure, notamment dans le ‘sinueux’, était criant. Très vite avec l’équipe, nous avons compris que quelque chose clochait … mais nous n’avons pas réussi à mettre le doigt dessus avant la fin du rallye.

 

Quand j’y repense, nous aurions dû rentrer à la maison vendredi soir et passer le week-end tranquillement en famille ! Plus sérieusement, je sais que l’équipe va tout analyser pour essayer de comprendre et moi, de mon côté, je vais regarder toutes les caméras embarquées quand elles sortiront sur WRC+ pour comparer … Il y a clairement des spéciales où je ne sais même pas où gagner la moindre petite seconde.

 

 

Malgré tout cela, on finit tout de même quatrième. Ce n’est pas le résultat auquel nous nous attendions après la première journée mais c’est ainsi. Nous avons joué notre rôle de coéquipier pour Hyundai Motorsport en étant en embuscade au cas où. Il n’y a pas eu besoin, Thierry & Nicolas et Dani & Carlos ont réalisé une très belle course. C’est un super résultat dans l’optique du Championnat du Monde Constructeurs pour Hyundai Motorsport. On va croiser les doigts pour que les ‘gars’ finissent le travail en Australie ! Je voulais aussi souhaiter la bienvenue à Ott et Martin dans le cercle fermé des ‘Champions du Monde’ ! Qu’ils profitent, le premier titre est spécial. Je me rappelle encore des derniers kilomètres sur le Tour de Corse en 2004 …  

 

De notre côté, la saison est terminée en WRC. Et si tout n’a pas été parfait, avec du bon et du moins bon, qui s’explique surement par le manque de roulage et de connaissance des terrains par rapport à nos adversaires, nous sommes vraiment contents avec Danos d’avoir fait la rencontre de cette équipe. Nous nous sentons vraiment bien chez Hyundai et c’est le gros point positif de l’année. Je comprends que beaucoup de pilotes veuillent venir ici (rires) !

 

Avec un programme partiel et un rallye tous les deux mois ou plus, nous ne pouvons pas espérer gagner tous les rallyes. Je prends le risque de me faire critiquer et je l’assume. Je pense n’avoir plus rien à prouver en rallye et nos deux seuls buts en prenant part à ce programme à mi-temps sont d’apporter notre expérience et notre aide à Hyundai pour décrocher le titre ‘constructeurs’ mais aussi de prendre un maximum de plaisir à conduire ces WRC. Je suis conscient de la chance que j’ai de pouvoir piloter la i20 Coupe WRC et je profite de chaque seconde à son volant.

 

Comme annoncé dernièrement, on pourra clôturer cette saison au Rallye du Var avec l’équipe qui, je l’espère, reviendra d’Australie avec le titre en poche ! Après le Vosges Grand Est et le Haut-Var, c’est une troisième opportunité de pouvoir rouler en France devant nos supporters et c’est top. Mon hiver sera aussi animé avec deux courses en Trophée Andros au sein du Sébastien Loeb Racing ! Et ensuite, le temps de discuter de nos six rallyes en 2020 avec Hyundai Motorsport arrivera vite… très vite !

 

Bonne semaine à tous et rendez-vous à Sainte-Maxime à la fin du mois,

Seb. »

 

Rendez-vous le 28 septembre pour célébrer les 50 ans du pilote de Rallye le plus titré de tous les temps

Sébastien Loeb, nonuple champion du monde des rallyes WRC, a choisi de célébrer sa carrière et son cinquantième anniversaire avec l’ensemble de ses fans sur le circuit de l’anneau du Rhin (Grand Est) le samedi 28 septembre prochain de 14H30 à 21H30.

En savoir plus

Ceci se fermera dans 20 secondes