Rallycross d’Espagne : « Une entame rocambolesque ! »

 

« Bonjour à tous,

 

de retour de la Catalogne après une manche inaugurale du Championnat du Monde de Rallycross plutôt … rocambolesque ! Nous ne sommes pas passés loin du scénario catastrophe et d’une course à oublier. Mais en sport automobile, et encore plus en Rallycross, tout peut basculer d’un sens ou de l’autre en une fraction de secondes… C’est un peu l’histoire de mon week-end catalan.

 

Le premier jour, nous avons roulé dans des conditions apocalyptiques. Il pleuvait très fort, la piste était un véritable champ de mines. Nous avons eu du mal à trouver le set up idéal avec l’équipe et je ne me suis jamais senti à l’aise avec la voiture. J’étais le premier étonné de signer le quatrième temps en Q1. Mais en Q2, après de nouveaux essais sur les réglages, la voiture était devenue beaucoup trop agressive, je pars deux fois à la faute et je signe le dernier temps.

 

Le lendemain, le soleil était de retour et nous savions que nous serions mieux dans ces conditions. Malheureusement en Q3, je ne prends pas un super départ, je me retrouve P2 et au deuxième virage, le pilote qui me précède part un peu large. Je m’infiltre, comme toujours, il y a un léger contact, comme toujours, sauf qu’une biellette à l’arrière gauche cède immédiatement … C’est l’abandon. Il faut donc créer l’exploit pour rentrer en demi-finale. En Q4, je fais un « run » plutôt propre mais en partant en première série, on est un peu pénalisé par le balayage. Et puis devant, ça va très vite. Je signe finalement le huitième temps et je me retrouve … treizième au classement intermédiaire, à la porte des demi-finales.

 

Peugeot, qui a des ambitions légitimes au Championnat du Monde Constructeurs, prend la décision de me faire partir à la place de Kevin Hansen, mon deuxième coéquipier, qui ne marque lui pas de points pour l’équipe. Une situation vraiment compliquée à gérer car en étant devant moi après les manches, il méritait forcément plus que moi sa place. A aucun moment ce ne fut ma décision ou ma demande mais il faut savoir respecter les consignes d’équipe. Kevin l’a parfaitement compris, c’est un pilote très prometteur, bourré de talent, mais aussi très intelligent. Une chose est sûre, je ferai en sorte de ne plus jamais me retrouver treizième après les qualifications afin de ne plus avoir à revivre cette situation pour l’équipe et pour moi même !

 

En demi-finale, je pars en dernière ligne. Je suis cinquième à un tour de l’arrivée quand Timmy, alors large leader, voit sa voiture s’arrêter ! Mes deux concurrents de devant se retrouvent bloqués derrière lui dans la manœuvre et j’ai saisi l’opportunité de les passer pour prendre la deuxième place. Depuis le début du week-end, rien ne semblait me sourire mais la tendance s’est soudainement inversée à ce moment là.

 

Pour finir, en finale, je suis plutôt content de moi. La stratégie de prendre le tour joker dès le début était bonne et ensuite j’ai réussi à enchainer les bons tours. Je passe la ligne « P3 » et signe un podium totalement inespéré deux heures avant ! Ce petit exploit, je le dois à toute l’équipe qui a fait du bon boulot et j’ai évidemment envie de le partager avec Kevin et aussi Timmy, malheureux en demi-finale alors qu’il réalisait un week-end impressionnant. Une heure après l’arrivée, dernier rebondissement, Mattias Ekström est disqualifié, on termine finalement deuxième !

 

Malgré ce résultat, comptablement ce n’est pas parfait car je n’inscris « que » quatorze points. Or, si on y réfléchit, je suis passé à deux doigts de repartir avec quatre points donc je m’en contente largement ! L’an dernier, j’étais reparti de Barcelone avec trois points et j’avais trainé cela toute la saison.

 

Le véritable point positif est la voiture. En performance pure, nous ne sommes pas si loin de la concurrence. Sachant que nos évolutions arriveront plus tard dans la saison, c’est très encourageant et cela laisse présager un championnat super excitant avec plusieurs voitures pouvant être dans le coup avec évidemment VW et Audi mais aussi les Hyundai ou encore les Fiesta et les Mégane.

 

Il faut désormais vite se concentrer sur le Portugal qui arrive dans dix jours. Chaque rendez-vous va être très important cette saison et j’espère cette fois-ci que l’on pourra réussir un week-end plus complet.

 

A très vite ! » 

 

Seb

 

Auteur Cedric Fray

Sur le même sujet

  • DU WRC au WRX : « Cap sur l’Espagne ! »

    DU WRC au WRX : « Cap sur l’Espagne ! »

      « Bonjour à tous,   j’en profite d’être sur le voyage pour Barcelone et le lancement de ma saison en Championnat du Monde de Rallycross pour revenir rapidement avec vous sur le Tour de Corse et vous donner mes impressions avant d’attaquer mon programme principal avec Peugeot Sport.   En Corse, je pense que vous...

    En savoir +

0 commentaire

Laisser un commentaire