Dakar 2019 : « Le Dakar ? La course de toutes les émotions ! »

 

« Bonjour à tous,

 

je viens à peine de rentrer du Dakar, juste le temps de changer de sac, d’écrire quelques lignes pour vous raconter nos deux semaines au Pérou et je repars avec Daniel, direction nos premiers tests avec Hyundai Motorsport et la i20 Coupe WRC.

 

Terminer sur le podium d’une course comme le Dakar, avec une équipe privée face aux teams « usines », c’est quand même pas mal je pense. On aurait signé avant le départ pour ce résultat.

 

Après, c’est certain que nous aurions pu espérer mieux au vu de la performance pure. On peut se consoler avec ça ! Mais on ne remporte pas le Dakar avec des ‘si’ et Nasser et Mathieu ont fait un excellent travail, leur victoire est méritée.

 

On gagne 4 étapes et on aurait dû en gagner d’autres sans nos soucis de Way Point, nos problèmes électriques et la casse de deux cardans. Je pense qu’en tout on perd pas loin de trois heures … C’est donc assez dingue de terminer quand même sur la dernière marche du podium.

 

 

J’étais bien dans la voiture, Danos était top en navigation, tout s’enchainait plutôt bien. Je pense que notre petite expérience en Rallye Raid a commencé à payer cette année. Que ce soit entre nous ou moi dans la lecture du terrain et des dunes. Ce n’est pas naturel pour nous de rouler dans ces paysages mais c’est mieux désormais et je pense aussi avoir progressé dans le rythme à adopter.

 

Avant j’étais plus ‘en mode gestion’ sur des spéciales aussi longues, cette année on a vraiment roulé à fond quasiment tout le temps ! On ne peut pas comparer au WRC, car on découvre chaque piège les uns après les autres mais on a vraiment tout donné. On a quasiment été chaque jour les plus rapides même quand on ouvrait la piste. Il y a plusieurs jours où on partait derrière et où on doublait un à un les concurrents partis devant.

 

La veille de la journée de repos, nous avons vraiment attaqué. On les a doublé les uns après les autres et une fois à l’arrivée, on a eu le temps de faire les interviews, de se poser un peu avec Daniel … et il n’y avait toujours personne. C’est une sensation étrange, que l’on ne rencontre pas en rallye, mais c’était bon !

 

 

Malheureusement, nous avons rencontré des petits soucis techniques. Le 3008 DKR est plus fragile que le 3008 DKR Maxi, notamment au niveau des transmissions. Nous le savions avant le départ, le Dakar est une épreuve difficile pour les hommes mais aussi pour les mécaniques.

 

Ensuite, il y a eu ce fameux problème de road-book la première semaine qui nous a stoppé dans notre élan. Je ne vais pas revenir dessus, Danos l’a largement assez fait ! J’ai passé mon temps à devoir le motiver ensuite. C’était pénible et en même temps, j’ai compris sa frustration. La mienne est arrivée quand on a cassé le cardan. Comme suite au problème électrique, on y croyait encore car le Dakar n’est jamais terminé. Quand la transmission nous a lâché, on avait fait les trois quarts de la spéciale, on venait de doubler tout le monde, on réalisait un gros coup et là tout s’arrête. C’est dur. D’autant que le temps de changer le cardan, personne n’était encore arrivé ! Jusqu’à cette histoire de circlips, de mon doigt … enfin vous connaissez la suite !

 

 

Pour résumer, le Dakar, c’est vraiment la compétition où les émotions passent du tout au tout mais c’est certainement ce que l’on doit aimer pour y revenir ! C’est cette année où j’ai pris le plus de plaisir au volant, c’est certain, mais c’est aussi cette année où la déception a été la plus forte. On a vraiment cru à cette victoire à plusieurs reprises.


Je ne suis pas du genre à regarder derrière, je suis déjà concentré sur le Monte-Carlo. Il va falloir récupérer rapidement et bien gérer le décalage horaire. Mais sachez que je suis sur-motivé à l’idée d’aborder ce nouveau challenge avec toute l’équipe Hyundai Motorsport !

 

Un dernier petit mot avant de partir en direction de Gap, je vous rappelle que je serai présent au Stade de France le 9 Février pour fêter les 30 ans du Trophée Andros au volant de l’Andros Car électrique ! Je n’ai pas souvent l’occasion de rouler en France et dans une enceinte comme le Stade de France, je n’ai donc pas pu refuser cette invitation et je suis sûr qu’on passera un bon moment tous ensemble ! 

 

Bon week-end à vous … Le nôtre s’annonce crucial pour arriver le plus serein possible au départ du Monte-Carlo !

 

Seb »

Auteur Cedric Fray

Sur le même sujet

0 commentaire

Laisser un commentaire